« Féminine bienvenue. Bi, hétéros, alcoolos, non. »

Sur les 13 petites annonces de rencontres du Lesbia Mag du mois d’octobre 2010, 3 précisent que les bi ne sont pas désirées. Soit 23%. Ok ce ne sont pas des statistiques très scientifiques, mais moi ça me choque. Et ça me choque toujours quand je vois ou entends des remarques blessantes sur les bisexuels.

« Bi, déséquilibrée, style camionneuse et vulgaire, pas sérieuse s’abstenir. »

« préférence non fumeuse, bi et alcool ne pas répondre. »

Je suis moi-même lesbienne et heureuse d’appartenir à la communauté (enfin appelez ça comme vous voulez) LGBT.

Je comprends fort bien qu’on puisse ne pas vouloir avoir de relation avec des hétéros, des alcoolos, des déséquilibrées, des filles qui ne correspondent pas à ses goûts ou ses besoins, des histoires à problèmes on en a suffisamment comme ça.
Mais au risque de vous étonner, non, les bi ne sont pas toutes des filles à problèmes qui ne savent pas où elles en sont et qui risquent de vous larguer au premier beau jeune homme venu. La plupart sont, surprise, vraiment bi. Pour d’autres il ne s’agira que d’une phase transitionnelle et, plus tard, elles se diront peut-être lesbiennes.
C’est super sympa de les mettre dans le même sac que les déséquilibrées et les alcoolos, je pense qu’elles apprécieront… en gros, fumeuse ok mais alors bi non, ça va pas, faut pas exagérer !!!

Ne rejetez pas les bi au risque de passer à côté d’une belle histoire, ce serait quand même très con.

Non, non Alice, je ne veux pas sortir avec toi, tu es bi, désolée

Et combien de fois ai-je entendu « oui mais bon les trans et les bi, ils ont quand même rien à faire dans notre communauté » ?

Ah bon ? On a tous notre propre définition de notre communauté, de ses limites. Je respecte ça. Laissez-moi juste vous expliquer pourquoi selon moi on est tous fais pour s’entendre.

On a tous eu des questionnements de genre et/ou de sexualité. ET/OU.
Les bi, et bien il se trouve qu’ils ont déjà ressenti une attirance pour des personnes du même sexe que eux. Voir eu des relations sentimentales avec ces personnes. CQFD, je vais pas vous faire un dessin non plus. Dans le cas où ils s’établissent vraiment en couple avec une personne du même sexe que eux, ils seront bien contents d’avoir eu les mêmes droits que les hétéros, c’est donc normal qu’ils se battent à nos côtés s’ils ont envie.
Et les trans ? Ben déjà il y a ceux qui sont eux-mêmes bi ou homos. Pour les problèmes d’identité sexuelle, je m’y connais pas des masses et je m’en voudrais de dire des bêtises. Mais je peux dire que j’en ai eu aussi à une époque (collège pour tout vous dire). Les gens qui se découvrent des attirances pour des personnes du même sexe qu’eux peuvent être amenés à se poser des questions sur leur propre sexe, non ?
Ok les histoires de sexualité et de genre sont très différentes. Mais finalement liées. Entre un mec qui aime les femmes et se sent femme et qui du coup peut être considérée comme lesbienne ou un mec qui aime les mecs et se sent femme et du coup serait hétéro mais est considérée comme homo par la plupart des gens, vous allez pas me dire qu’il n’y a pas de lien avec l’homosexualité là-dedans ? Qu’elle soit effective, potentielle, suggérée, supposée ?

Ce que je vais dire en guise de conclusion est très bateau. Mais plus on est nombreux, plus on est forts. Donc oui je suis lesbienne et donc discriminée en tant que femme et en tant que homosexuelle. Et oui je me sens prête à me battre pour mes droits. Mais aussi ceux des femmes. Et des bi. Et des trans. Et des gays. Et chaque victoire que nous obtenons pour l’un, sera une victoire de plus pour d’autres, et pour l’être humain en général. Alors oui, je me bats pour toute personne victime de discrimination, quelle qu’elle soit.

Et si vous ne vous sentez pas l’âme d’un militant, pas de problème. Mais ne venez pas me dire que les bi et les trans ne font pas partie de ma communauté.

J'ai les réponses à vos questions