Archives par mot-clé : Confessions intimes

A mes chevaliers blancs

Vendredi, déchaînement des anti-mariage. Comme @GoldenM, tractage, stickage et affichage massif dans ma fac, mais aussi dans « mes villes », Versailles et Saint-Quentin.
Mais cette fois-ci, j’ai aussi vu mes amis associatifs et syndicalistes (faut-il que je précise le syndicat étudiant en question?) se mobiliser encore plus massivement contre eux. Ils ont sillonné Saint-Quentin, en quelques heures, il ne restait plus de sticker, ni d’affiche.
Quant au tractage, ils ont tout simplement trollé les haineux, les empêchant de distribuer leurs déchets. Ils se sont également fait passer pour des alliés, venus distribuer eux-aussi des flyers. Puis, ils les balançaient ostensiblement à la poubelle, en les traitant d’homophobes et de fachos.
Enfin, un mec est sorti de la BU, furax. Il est allé s’acheter une canette de coca, pour la déverser sur la tête, les vêtements et les tracts de la chefthaine des tracteurs qui tenait le piquet devant la BU, avec pancarte, que mes potes ont pétée.

Cet article, je l’écris un peu pour témoigner, pour redonner un peu d’espoir à mes amis blessés. Je l’écris aussi pour remercier mes amis et collègues associatifs, ainsi que les étudiants engagés politiquement pour une société meilleure, plus égalitaire. Enfin je l’écris pour leur rendre un maigre hommage. Je n’ai pas forcément le temps de faire pareil qu’eux, mais surtout, je n’ai pas le courage, le culot pour le faire. La résistance civile, c’est quelque chose que j’apprends, peu à peu. J’ai commencé à me forger une conscience, j’ai beaucoup appris, maintenant je pense agir.

Un jour, je serai comme eux, et elle : http://dariamarx.com/2013/03/21/contre-la-loi-taubira/

L’été BD LGBT 2 – Le bleu de Julie Maroh

On ne présente plus Le bleu est une couleur chaude. Après un succès d’estime relayé par les sites et blogs LGBT, dont Yagg et son partenaire l’Association LGBT BD, et sa publication aux éditions Glénat, le Festival International de BD d’Angoulême et l’attribution du Prix du Public Fneuk-SNCF a achevé de consacrer la première BD de Julie Maroh comme la meilleure la seule et unique BD pas comique LGBT à se faire connaître du grand public et pas seulement de la communauté (enfin dans mon Panthéon personnel en tout cas).

Les origines

Julie Maroh, comme pas mal de BD ces derniers temps, c’est tout d’abord un blog : Les coeurs exacerbés. Mais contrairement à de nombreuses BD à ressort comique, point de strip humoristique quotidien et à chaque page. Ici, il y a un peu de tout, des notes persos, intimes, d’actu bédéistique, d’illus, des extraits, des histoires courtes, des réflexions. Donc, non, vous ne retrouverez pas l’intégrale du Bleu gratos sur son site.

Ici, on parle d’amour. Pourquoi, comment tombe-t-on amoureux, quels sont les difficultés que l’on rencontre, à quel point souffre-t-on quand c’est fini, et de nombreuses autres questions y cherchent des réponses sans pour autant les trouver.

Pourquoi tu pleures?

Le dessin est très beau (à l’image de la couverture, je veux dire, ça se pose-là quoi !), les couleurs à l’aquarelle touchantes et l’écriture ancrée dans le réel, hésitante mais servant parfaitement l’histoire. L’histoire justement, sera tragique. On le sait dès le départ. La première page en BD est un peu l’équivalent de la première phrase d’un roman. Elle doit accrocher, toucher, poser ce qui va suivre. Présenter les éléments clés du récit. Ici, l’élément clé du récit, c’est Emma. Même si, comme on le découvre quelques pages plus loin, c’est Clémentine qui raconte l’histoire. Mais Emma n’est-elle pas au centre du récit de Clém?

A travers les yeux de Clém, on découvre les premiers émois d’une adolescente. Premiers émois envers une personne de même sexe. A partir de là, elle sera confrontée plus ou moins à tous les obstacles que chacun d’entre-nous (oui, « chacun », parce que je crois que cet ouvrage s’adresse au mec, à la fille, à l’hétéro comme à l’homo, à nous comme à notre famille et à nos amis) aura eu à affronter un jour. L’amour, l’amitié, les discriminations, la mort d’un proche, l’avenir. Ne passez pas à côté !

BD grand format, « new style » à la couverture souple, genre « roman graphique » (pfff !), c’est un bel objet de 156 pages couleurs ou noir & blanc & bleu selon les séquences du récit. On la trouve partout, pour indication à la Fneuk à 14€99 (euh ouais euh 15€ quoi), « coup de coeur des vendeurs ». Ca me fait plaisir de voir les votes et avis des internautes très positifs (5 étoiles Messieurs, Dames !) et des achats complémentaires de qualité et pas seulement LGBT (même si on retrouve naturellement La P’tite Blan), puisque les acheteurs ont également acheté du Chabouté (c’est excellent si vous ne connaissez pas).

L’été BD LGBT 1 – Les petites histoires de Jeromeuh

Parce qu’il faut que je le prête à Piteur, et que c’est le plus frais dans ma mémoire, je vais commencer par vous parler des Petites Histoires Viriles de Jeromeuh.

On parle de quoi, là?

Jeromeuh c’est un mec qui ne savait pas quoi faire, et qui s’est lancé dans le blog BD comme ça, au culot ! Et ça marche plutôt fort. Du coup, même s’il s’agit clairement d’un pédébédéblog, ils sont pas fous chez Delcourt, ils l’ont publié, pour notre plus grand fou rire !

Préparez-vous à vous sentir ridicules !

J’ai eu la bêtise de le lire seule, en terrasse d’une de mes cantines habituelles vers Les Halles. Je peux vous dire que pouffer comme une adolescente qui verrait passer Robert Pattinson, c’est un peu la honte. Surtout que évidemment comme vous êtes en terrasse, les gens qui passent dans la rue pensent que vous foutez de leur gueule… Deux sketchs m’ont particulièrement fait rire. J’ai dû les lire en plusieurs fois pour ne pas franchement éclater de rire et achever de perdre toute crédibilité devant les serveurs. Un peu comme quand j’ai lu le dernier post de @LGabrielle et que j’étais au boulot quoi.

L’emballage

Cette BD fait partie de la nouvelle génération des BD Franco-Belges ! Fi du standard A4, 48 pages, couverture cartonnée. Nous avons affaire à un bouquin souple, qui se glisse facilement dans un sac. Ca tombe bien, c’est le genre de BD qu’on peut lire facilement dans les transports, bref, c’est pratique ! Et pis c’est joli, tout en couleur, même si l’illustration de la couverture ne m’a pas plus enthousiasmée que ça (en fait j’ai préféré celle de la 4ème de couverture… :S).  La petite bio et le petit mot de Jeromeuh en 2ème et 3ème de couverture sont sympatoches.

Les dessins en eux-mêmes sont sympa, colorés, gais, … C’est pas du grand art mais c’est la norme habituelle des blogs BD !

Ca plaira à qui?

C’est CA qui est génial, à mon sens, c’est le GROS point fort de cette BD. Ca plaira à tout le monde, sans exception ! Et beaucoup de monde peut s’y reconnaître (à part peut-être la famille – wesh wesh – peut représentée, Jeromeuh doit pas avoir d’histoires drôles à nous raconter là-dessus). Si tu es gay, si tu es FAP, si tu es hétéro ou bi, si tu es célib ou en couple, si tu aimes l’humour noir (car il y en a aussi !), cours vite acheter cette BD !!

On le trouve à 13€50 à la Fneuk (et euh partout, pas seulement là bien sûr). A l’époque où je l’ai acheté, il était mis en avant dans le rayon Humour, en « Coup de coeur ». 13€50 euh rien à dire, ça les vaut ! Je précise que Jeromeuh ne vit que de son blog/BD/illustrations presse, donc il faut le soutenir ! Quand c’est bien, je le dis, achetez-le, offrez-le à vos amis, vos frères et soeurs, compagnes et compagnons, papa et maman (bon euh ya UNE scène de « cul » alors euh c’est comme vous le sentez 😀 cace-dédi à @Stid et @Risah, je balance moa ! :D), tout-le-monde !

Un jeu pour gagner un exemplaire des Petites Histoires Viriles sera bientôt organisé avec l’aide de @Foxybrown 😉

Histoire de Red

En réponse à http://blogdelacommunaute.yagg.com/2011/07/13/histoires-de-pseudos/ : j’arrive après la guerre, mais mieux vaut tard que jamais 🙂
En fond sonore, je vous propose quelques titres de Zebda, un peu nostalgiques, ça va bien avec le fond de l’article (comme ça je serais p’tete pas la seule avec la larme à l’oeil, mais c’est peut-être un peu trop vous demander :D).

Red, c’est tout ce qu’il reste de mes anciens pseudos. Draco_Mania, Sang_Dragon, Red_Crystal, Kared, Infra_Red, Red_0313, bref, les pseudos changent et le Red reste :).

C’est à l’âge de 11 ans que le petit Red débarqua sur Internet. A l’époque, ses parents venaient d’avoir un PC de bureau gratis (merci le travail de Papa). A l’époque, les écrans n’étaient pas plats, c’était Windaube 95, les Unités Centrales étaient encore horizontales et en général placées sous l’écran. On était en 56 K à l’époque, le Minitel existait encore, on frémissait au son de la connexion aux lignes téléphoniques, on comptait les minutes quand on n’était pas en illimité. Et puis quand, enfin, on passait en 128 puis 512 K, on se moquait de ceux restés bloqués à l’arrière du peloton.

Avec le PC venait une suite de logiciels et jeux offerts. C’est là que le drame eût lieu, ma geekitude prend ses origines dans ce cadeau empoisonné. Je trouvai dans ce pack Age of Empire et Baldur’s Gate (sur DVD, un DVD vous imaginez ?!!). Après avoir maîtrisé AOE, comme on disait à l’époque, en long en large et en travers, j’eu vent du site Internet GOA.com. GOA… GOA sur lequel on pouvait jouer à une multitude de jeux en ligne grâce à leurs serveurs. Et gratuitement en plus. A l’époque, les développeurs/éditeurs ne possédaient pas leurs serveurs persos et GOA pouvait à loisir exploiter le filon du jeu en ligne. Ma première communauté virtuelle, mon premier réseau social. Nous avions des avatars, des pseudos, un chat par jeu sur lequel on pouvait rencontrer des joueurs avant d’entrer sur les serveurs disputer une partie (à dire vrai je parlais plus que je ne jouais…) et un chat privé sur lequel on pouvait parler avec nos « amis » (a contrario il existait aussi une black list). A cette époque, c’était draco_mania. Je ne sais plus si je me faisais déjà passer pour un garçon, ou si c’est venu plus tard.

Toujours est-il que sur les chats de GOA, on n’entendait parler que d’un truc, un truc en 3 lettres : T4C. The 4th Coming (L4P La 4ème Prophétie). On voyait ces mecs avec ces pseudos en MAITR_Pseudo. On leurs demandait d’où ils tenaient ces « titres », nous étions impressionnés. « C’est une guilde sur T4C ». T4C c’est le premier MMO(RP)G du monde. Un MMORPG (Massivement Multiplayer Online – Role Playing – Game) c’est, comme son nom l’indique, un jeu qui se joue en ligne et qui regroupe des milliers de personnes qui jouent sur un univers forcément virtuel qui évolue en temps réel, même si vous n’êtes pas connectés. Enfin quand je dis des milliers… A l’époque, les serveurs avaient une capacité max de 200 personnes, GOA en avait 6 puis 8, de mémoire, pour T4C. C’était entièrement gratuit. Les graphismes étaient moches au possible (telles les textures mer-papier-kraft-bleu-froissé) et les serveurs tellement blindés qu’on restait coincés sur la page de connexion à marteler la touche « Entrée » pendant de longues minutes avant de pouvoir jouer. Mais c’était bien foutu, y avait une vraie histoire, des events, beaucoup de respect entre les gens (avant que les kikoolol arrivent) et une vraie communauté. Et puis GOA s’est dit que quand même, ça leurs coûtait de l’argent mais surtout qu’ils pourraient en gagner beaucoup. Et ils ont développé DAoC (Dark Age of Camelot), et ils ont fermé les serveurs de T4C.

Mais ce n’est pas de ça dont je veux vous parler, non, à mon arrivée sur T4C, je pris le pseudo de Red_Crystal. Et tout le monde m’appelait Red, naturellement (à part une fille qui m’appelait Crystal, elle s’appelait Calinou ou un truc comme ça…la honte…mais c’était mignon). A cette époque, je me faisais passer pour un mec. Je parlais au masculin tellement facilement sur Internet. Je m’inventais un perso finalement peu éloigné de qui j’étais IRL (In Real Life). J’avais les mêmes caractéristiques, mais au masculin. J’habitais au même endroit, avais le même âge et faisais la même chose qu’en vrai. Quand il a fallu se présenter, je ne pris pas le prénom masculin que mes parents m’auraient donné si j’étais né garçon, mais FRed, prénom dérivé de mon moi masculin qui m’allait mieux.

A l’époque, ça m’allait comme ça. Dans la vie quotidienne, j’étais une petite fille garçon manqué. J’avais les cheveux longs, toujours attachés en queue de cheval (parfois en tresse) mais je faisais le caïd, je jouais au foot, je me bagarrais, et je m’habillais en jogging en coton, je me déguisais en Lara Croft et Charly Chaplin au carnaval. (C’est à ce moment du récit que le narrateur se rend compte qu’il mélange un peu la fin primaire et le collège. Mais pour moi c’est un peu la même époque.) Ca m’allait comme ça, et je pensais, je croyais, que ça pourrait durer comme ça longtemps (un peu comme dans Tomboy finalement)…tout en sachant très bien que à cause de ça, jamais je ne pourrai rencontrer IRL les personnes que je rencontrais sur GOA. Ces personnes que jamais je n’aurais cru devenir si proches un jour. Ces personnes à qui j’ai menti parce que ça me semblait être bien comme ça, que de toute façon je n’allai jamais les rencontrer et devenir vraiment amie avec eux, donc tout allait bien. En parallèle de cette « vie » que je menais sur Internet, je tombai amoureuse pour la première fois, d’un garçon, le caïd du collège évidemment, je n’étais plus amie avec que des mecs, je ne jouais pratiquement plus au foot et j’étais devenue moins agressive (il y a des bonnes choses !), je faisais aussi un effort vestimentaire et m’habillais de manière un peu moins masculine (et mieux de manière générale xD).

A cette époque j’avais 11 ans. Je rencontrai mon meilleur ami sur T4C, Kahlerian. On l’appelait Kahl.

C’est l’époque où je rencontrai Yoko. Elle s’appelait Yoko_62.

To be continued…

Confessions intimes au Kiabi

Parfois, les histoires sont juste tellement belles qu’un statut ne suffit pas.

/!\Si vous pensez que je vais mettre à jour cette nouvelle rubrique régulièrement, vous vous mettez le doigt dans l’oeil jusqu’à la clavicule inclusivement (Mme Galois, si vous passez par là, sachez que j’ai adoré vos cours d’Histoire-Géo)/!\

Spéciale dédicace à @lgabrielle et les autres fans de Confessions intimes : c’est presque trop beau pour être vrai, aujourd’hui, ma collègue (« Et pourtant je suis pas une tête *rire de cagole* ») m’a expliquée que :

« Ah ouais t’es sur FB? Ah non mais faut pas hein. Déjà est-ce que tu savais que c’était un truc de flic? Ya des gens ils se sont faits choper parce qu’ils avaient marqué qu’ils fumaient des joints ! Non et puis je vais te raconter ce qui m’a vraiment décidée à ne pas utiliser FB.

Mon mec était sur FB. Et tu vois à un moment ça allait plus trop bien entre nous. Et ben figure-toi que ce con, il s’est mis à draguer des meufs sur FB ! Et il me l’a même pas dit !! Alors que moi tu vois j’ai été franche, c’est vrai que ça a été brutal, mais au moins j’ai été franche. Bref un jour je suis allée voir ses mails msn, mais j’allais voir autre chose hein, rien à voir. Et j’ai vu tous ces mails qu’il avait envoyé sur FB. J’en ai lu qu’un, mais ça m’a suffit. Il disait à une meuf « Han nan mais toi t’es trop mignonne ! », ce à quoi la meuf à répondu « Euh oui mais euh, j’ai un mec tu vois… ». Et il a pas trouvé mieux que de répondre « Ah bah ça m’étonne pas une fille aussi mignonne que toi han ah han ahah ». Enfin bon tu vois le truc super original. Et bah j’ai lu que ce mail, mais je lui ai fait la misère.

Nous vous offrons une petite page de pub pour le plaisir des yeux...

J’ai envoyé plein de mails avec son compte, j’ai supprimé des gens, j’ai désactivé son compte, j’ai rajouté mes potes à moi pour qu’il le surveille, et je lui ai dit « Plus jamais tu y retournes !!! Sinon je recommence encore et encore jusqu’à ce que tu comprennes ! »  « Si tu y retournes, je le saurai, j’ai des potes à moi dans tes amis ! » « T’as p’tete oublié ton mot de passe, mais moi je m’en souviens ! ». Et puis alors j’te dis pas je lui ai donné des tatanes aussi ! Alors forcément il a répondu quoi tu vois, normal. Mais n’empêche maintenant il a compris hein. Dès qu’on croise une meuf dans la rue il regarde ailleurs, ses pieds… Et puis moi je l’agresse, je lui fais « Eh qu’est-ce que tu regardes là?!! » ça le fait trop flipper. Alors que je sais bien qu’il fait rien, qu’il mate pas tu vois. Mais moi ça m’éclate trop de l’agresser, de le faire flipper. Il est trop gentil tu vois, c’est un choupinou ce mec <3<3<3. »

PS : les paroles ont été rapportées aussi fidèlement que possible, je n’en ferai (dans l’article) aucun commentaire, de peur de dénaturer cette belle histoire. Dormez bien mes chers élèves 🙂