Archives par mot-clé : I will survive

Le jeu du vendredi : Don’t Starve

On organise une petite teuf dans les bois, tu viens?
On organise une petite teuf dans les bois, tu viens?

On m’avait pourtant prévenue : « tu ne vas plus pouvoir t’arrêter de jouer, tu verras, tu y passeras tes journées, et puis tes nuits aussi ! » (plus ou moins selon Canard PC, qui disent beaucoup de conneries sexistes mais qui ont bon goût pour les jeux).

Evidemment c’est le genre d’annonces qui donnent plus envie qu’autre chose. Et ce que j’avais vu et lu sur ce jeu a achevé de me convaincre.

Une ambiance particulière

Comment vous expliquer ça ? L’ambiance (à la Tim Burton) semble datée, absurde, glauque, il y a tout simplement quelque chose de malsain qui se dégage de ce jeu. Les graphismes sont pourtant choupis, très bien dessinés, mais le trait un peu acéré et les proportions tordues vous plongent rapidement dans un mélange de nostalgie et d’insécurité. La musique, au premier abord entrainante, se fait quelque peu grinçante et inquiétante. Vous serez bientôt sur le qui-vive au moindre bruit suspect, que vous vous surprendrez à guetter. Les « voix » des persos et de certains objets ou monstres sont joués par des instruments à vent, c’est particulier et très joli. Et puis vous vous sentirez seul. Très seul. Tout le temps.

Zoom sur mon perso du moment et son "compagnon" Chester.
Zoom sur mon perso du moment et son « compagnon » Chester.

La mort dont vous êtes le héros

Le scénario brille… par son absence, mais pour une fois, ce n’est pas un défaut ! Vous vous réveillez dans une forêt, dans un monde que vous ne connaissez pas (ou que vous avez oublié ?). Un homme en costume vous trouve un peu pâle et vous conseille de manger pour ne pas mourir de faim, puis disparaît dans une petite explosion « pouf ! ». Vous cherchez donc à manger, et votre personnage vous conseille de vous faire un feu pour la nuit. A part quelques remarques de-ci de-là, ne vous attendez pas à une quelconque aide de jeu. Vous êtes seul, démerdez-vous ! Je vous déconseille très fortement de vous spoiler le jeu au début, un des plaisirs réside dans la découverte. Mais, il faut bien l’avouer, pour survivre plus de 10 jours il vous faudra un guide, celui des 30 premiers jours du susnommé Canard PC, votre meuf ou un wiki (anglais bien pourvu ou français plus compréhensible, ce blog français pour l’intermédiaire). Mais vraiment ne vous gâchez pas la découverte.

Cela conduit, deuxième avertissement, à des successions de morts stupides parce que vous n’avez pas été assez prudents. Parfois, je regrette de ne pas avoir tenu un journal de bord. Ça aurait donné un truc dans le genre :

Jour-1 : En rade de bois, je n’ai pas pu faire de feu et je me suis fait attaquer dans la chaleur de la nuit (le mal n’est pas toujours puni…).

Jour-2 : J’ai attaqué une abeille. Mauvaise idée.

Jour-5 : Plus assez à manger.

Jour-9 : AAAH MAIS C’EST QUOI CES TRUUUCS, mais lâchez-moaaa !

Jour-10 : Rah merde j’ai incendié mes cultures ! (true story)

Jour-11 : Un éclair a foudroyé les cultures que je venais de replanter ! (true story)

Jour-18 : Winter is coming et j’ai rien prévu pour rester au chaud.

Jour-43 : J’ai survécu à mon premier hiver \o/ OH MERDE C’EST QUOI CE TRUC ENORME ??? (attaque d’un boss, la partie où j’ai dû faire 3 fois mes plantations, non mais j’ai vraiment pas eu de chance là xD)

Les chien-loups (hounds), des amours, ils vous courent après partout où vous allez <3 Excellent pour l'exercice !
Les chien-loups (hounds), des amours, ils vous courent après partout où vous allez. Parfait pour l’exercice !

Bien sûr il s’agit ici d’une compile de plusieurs parties (et il y en a eu de nombreuses autres). Très Nombreuses. Au moins une pour tester chaque personnage, au nombre de neuf (dont deux qui sont difficiles à débloquer). Chacun a sa personnalité, certains en ont plusieurs (uhuh), son histoire et son gameplay. Certes, c’est un monde bien blanc, mais un perso sur deux est une femme. Les femmes ne sont pas sexualisées et je n’ai pas rencontré de problématique sexiste.

Wendy et un mystérieux fantôme (no spoil !)
Wendy et un mystérieux fantôme (no spoil !)

Durée de vieS

Comment un jeu où on passe son temps à crever ou à avoir peur de crever peut-il être si agréable à jouer ? Comment peut-on avoir envie de faire une nouvelle partie après être mort connement J-34 alors qu’on avait un super campement de la mort-qui-tue, de la bouffe pour 3 semaines et un oiseau en cage ?

Je pourrais vous dire que c’est l’envie de mieux faire, la persévérance, l’envie d’en découvrir plus, etc. Oui, certes. Mais tout ça, ce serait juste insuffisant si le monde dans lequel vous jouez n’était pas généré aléatoirement. Vous repartez chaque fois de zéro en vous disant « cette fois-ci, je construis un paratonnerre ! », en vous demandant sur quelle bête vous allez tomber, et quels « environnements spéciaux » vous allez croiser (un des trucs que j’adore dans ce jeu : des squelettes d’anciens aventuriers et leurs dernières possessions, ou des constructions abandonnées…).

Oh tiens, une touchstone, quel édifice étrange. A quoi peut-il bien servir? Une seule manière de le savoir...
Oh tiens, une touchstone, quel édifice étrange. A quoi peut-il bien servir? Une seule manière de le savoir…

Pour quel joueur ?

J’imagine qu’à parler survie, monstre, hardcore gaming, toussah, je fais peur à tout le monde, sauf aux masos comme moi.

Alors je vais reprendre depuis le début. Don’t starve, ça peut plaire à tout le monde. C’est un Sims, avec un seul perso et le risque de mourir, mais tu crées ton chez toi, tu l’aménages, tu décides des activités de la journée, tu prévois celles du lendemain, ce que tu vas faire cet hiver, etc. C’est un bac à sable, l’artisanat y est très présent. C’est un jeu d’action, il y a des boss, plein de monstres et de ressources à looter (ramasser après leur mort). C’est un jeu hardcore, mais il ne requière pas de compétences particulière en jeu vidéo, pas besoin de savoir viser, conduire une voiture à fond, avoir un bon sens du rythme : il faut juste savoir se servir de la souris. Il y a quelques moments de stress quand votre vie est en danger, mais rien d’insurmontable. Après discussion avec des personnes peut-être plus objectives que moi sur ce jeu, sachez que si vous êtes lapinophobe (blague soufflée par @Keela, je balance), ou que vous aimez pouvoir sauvegarder et ne pas tout perdre, passez votre chemin. Mais je le répète, l’envie de faire mieux est plus forte que la frustration.

Don’t starve n’est pas cher, je pense qu’il tourne sur à peu près tous les ordinateurs pas trop vieux (sur mon netbook ça marche bien sauf quand il chauffe vraiment trop). Les développeurs font des mises à jour régulièrement pour ajouter du contenu gratuitement. J’ai cru voir une VF (patch français). Et il me semble qu’il existe une démo si vous voulez essayer.

Non en fait, le seul problème de ce jeu, c’est qu’il faut du temps. Beaucoup de temps.