Archives par mot-clé : livres

Nah, No WriMo, NaNoReaMo !

Vous écrivez? Pas assez balaise :
Et bien ! Lisez maintenant.

La Femme Fontaine

Passons cette blague de mauvais goût, vous comprenez pourquoi il vaut mieux que je n’écrive pas. Et puis je n’ai vraiment pas le temps. J’ai trop de choses à lire pour mes cours. Comment, dès lors, réparer ma frustration de ne pouvoir me mesurer au NaNoWriMo? Pour celles et ceux qui ont vécu dans une grotte ces derniers mois ou auraient le mauvais goût de ne pas suivre l’excellent blog de @Keela, Le Dix De Trêfle, il s’agit d’un défi national – dans notre monde de réseaux sociaux en ligne, y a-t-il encore des événements nationaux? – qui consiste à écrire 50 000 mots en novembre.

Si je dois lire pour mes cours, autant chercher à lire le plus possible, et quoi de mieux qu’un challenge amical pour se motiver? Un rapide coup d’oeil sur Google m’a confirmé que je n’étais pas la seule à m’être lancée dans un NaNoReaMo (Rea pour Reading, tout bêtement). Contrairement à son grand frère, vous ne trouverez pas de communauté officielle, avec un site officiel, mais plutôt des blogs épars, et en anglais. D’ailleurs certains font le NaNoReaMo en août, mais je trouve ça dommage de ne pas le faire en même temps que nos homologues écrivains – et puis août, c’est loin. J’imagine que je devrais lire des romans, de plus de 150 pages, si je veux reprendre les mêmes consignes que j’ai pu lire. Mais je ne vais pas faire comme ça, parce que mes lectures de cours contiennent beaucoup d’articles scientifiques – et puis je fais ce que je veux.

50 000 mots, c’est considérable, même pour celles et ceux qui écrivent régulièrement. Je dirais quasi-impossible. Alors pour rester dans la même veine, mon défi, à moi, sera de lire 5000 pages. Mes premières lectures sont les suivantes :

– Finir de lire au moins les deux premiers chapitres de Governing the commons de Elinor Ostrom (39 pages, et en anglais SVP – je vous avais prévenu qu’il y aurait des lectures passionnantes)
– Ravage de Barjavel (311 pages)
– Finir Mes amis, mes amours de Marc Levy (148 pages, merci @Prose…)
– Des docs de cours (voir détails plus bas)
– En attendant que je récupère Marc Levy, j’ai commencé la trilogie Troie de David Gemmell, c’est de la fantasy historique, j’ai les bouquins en VF et magnifiques grands formats (448+452+479=1379 pages en tout, de quoi booster mon compteur). J’adore David Gemmell, et j’ai ces bouquins depuis 4 ans (l’anniversaire de mes 20 ans ^^) dans ma pile de livres à lire, une bonne chose donc !
– Le projet de roman de @Keela, qu’elle avance pour le NaNo (voir plus bas aussi)
– A suivre… (en fonction de mes envies, plutôt des bouquins faciles à lire – je ne suis pas folle non plus)

Je m’interdis les BDs, quand même.

Cet article sera mis à jour en fonction de mon avancement – et de mon temps libre.
On connaît déjà quelques personnes qui font le NaNoWriMo, mais si des gens veulent participer avec moi à un NaNoReaMo, faites-vous connaître, plus on est, mieux on se soutiendra !

MàJ :
– J’ai fini Lovecraft avant le début du mois 🙂
– J’ai fini Ravage ! Je vais devoir en faire une éco-critique pour mon cours d’Histoire de l’Environnement maintenant…(donc certainement en relire des passages mais ça ne comptera pas ! ^^) Pour ceux que ça intéresse, je vous expliquerais 😉 J’avance ridiculement lentement, pourtant je lis presque dès que je peux (ok, parfois, les 2 stations de trains entre chez moi et la fac, je lis pas…), j’ai l’espoir que quand je lirai des livres plus faciles d’accès, ça ira plus vite, et peut-être rattraperais-je mon retard? 🙂 Vous en êtes où vous?
– Manifeste de l’Histoire de l’Environnement (2 pages – oui, je compte *tout*)
– Habitats, migrations et prédations : analyse écocritique de La héronnière de Lise Tremblay, par Denise Paré (19 pages)
– 33 pages du projet de Keela
– J’ai fini le premier tome de Troie, une dernière bataille grandiose qui m’a tenue éveillée toute la nuit (oui oui je me suis couchée à 5h du mat’, merci…) et des vrais morceaux de féminisme et d’amours saphiques dedans ! (il y a même du dramagouine !) J’aime encore plus cet auteur, paix à son âme :'(
– The early history of modern ecological economics, par Inge Ropke (22 pages)